LE BULLETIN DE LA BIPEDIE INITIALE

Editée par le Centre d'Etude et de Recherche sur la Bipédie Initiale :

BIPEDIA

A Review from the STUDY and RESEARCH CENTER for INITIAL BIPEDALISM


Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez contacter :
M. François de Sarre,
par e-mail


BIPEDIA16

( mars 1998 )

Sommaire :

 


 

François de Sarre  

MESSAGE
FROM
THE EDITOR

TOWARDS A REALISTIC MODEL OF HUMAN PHYLOGENY

 

  Ten years ago, in March 1988, I founded the Center of Study and Research on initial Bipedalism ( CERBI ) in Nice. Since that day, indeed, several new facts - especially fossil discoveries - have come up to support the phylogenetic model I once proposed.

  The theory of Initial Bipedalism, meaning that the first mammals were bipeds, is quite embarrassing because it just indicates the opposite of what most people usually admit : "Man is descended from some quadrupedal apes of the Miocene forests...".

  The theory of Initial Bipedalism leads us in fact to dissent from the current view of what might be called the "simian origin of humanity". It emphasized on the contrary that our common ancestor ( to all the mammals ) was bipedal and that the trait has been lost in other lineages, rather than gained in humans.

  How did our species really come to be ?
We suggest that man's ancestral line went through a former phase of living in the water before climbing ashore to become the biped hominid.

  This kind of species was a new fundamental ontogenesis, with morphogenetic and plastic effects. Bipedalism, basicranial flexion, encephalization, round skull and free-moving forelimbs, can be explained by this theory. The first hominid was born.

  Like the German anatomist Max Westenhöfer once asserted : man comes in fact from a stock peculiar to himself, connected with the root from which all the mammals have sprung ; modern man would hardly differ from this ancestral common prototype.

  In quadrupedal mammals, the preservation of the large brain is countered by the development of dentition, as jaws become more powerful.

  Quadrupedalism is a further development due to specialization ( like the tree-life in apes ). It is the derived strait versus ancestral features ( bipedalism, globular brain-form ).

  In this regard, the apes - and also the fossil-known hominids like the australopithecines - appear to be deshominized forms, branching out at several points from man's family tree !

  The theory of Initial Bipedalism allow us to reconsider all the different types of fossil hominians which were previously accepted as the supposed links between the Homo sapiens and his alleged quadrupedal ancestors.

  Such deshominized forms, which evolved from our direct ancestry, are quite naturally able to survive in remote parts of the world (wild men, "yetis").

  In this way, different groups of homin(o)ids have followed their own evolution, parallel to man's progression. Some of them have been discovered by the palaeontologists. Their still living descendants, all around the world, are indeed the cryptid hominians : Almasty, Barmanu, Sasquatch, Orang-Pendek, large Yeti, small Yeti, etc...

  The following chronological table shows us the development of some lineages ( including apes ) from the human ancestral stock.

  We are indeed incorrigibly curious about our origins, and also suspicious when confronted with the commonly accepted ideas about human evolution.

  Above all, a free-thinking spirit, without preconceived ideas, is necessary for the study of our origin : it will be understood and explained only through an interdisciplinary research : palaeontology, embryology, comparative anatomy, physiology, genetics and cryptanthropology !

  A theory, like Initial Bipedalism, is a good theory if it describes - and explains - a wide assortment of observations ; it must also be able to foresee the results of future investigations, discoveries and analyses !

  Indeed, the hypothesis that the apes issued from bipedal ancestors becomes more and more relevant. We can emphasize that apes and monkeys are descended from terrestrial creatures which were more man-like than ape-like.

  In the case of Pan ( chimpanzee ), an ancestor was perhaps already found by the palaeontologists : Ardipithecus ramidus. Its thin enamy implies that it was a frugivor, like the extant African apes are. Its vertical insertion of the foramen magnum denotes its bipedalism. As a matter of fact, Ardipithecus may have been the bipedal antecessor of Pan, or at least it gives us a good indication of what could have been the aspect of this intermediary stage between the man-like ancestor and the today living chimpanzees !

  Another fossil, Australopithecus anamensis, also biped, could have been at the origin of the evolutive radiation of all the other australopithecines. Contrarily to the usual cliché, the more ancient Australopithecus was the best biped. And the descending series ( A. afarensis, A. africanus, A. robustus and even "Homo" habilis) is composed of more and more quadrupedal forms, through tree-living habits and steadily continued deshominization !

  If a descendant of the australopithecines is still living in the form of a "cryptid" ( yet unknown, hidden living creature ), it would certainly resemble a big ape.

  Together with the 2 ancient bipeds, Ardipithecus ramidus and Australopithecus anamensis, modern Palaeontology has determined further species of ancient apes which were able to stand erect and to walk on two legs : Dryopithecus laietanus and Oreopithecus bambolii.

  It can be now duly established that bipedalism in Primates is ancient and that diverse forms of bipedal beings once existed ( some of them are still surviving ). They branched out from a more bipedal prototype.

  Some palaeontologists claim that bipedalism appeared "several times", independently, in the course of evolution.

  This would be, of course, a "reassuring" solution, but inconsistent with the biological facts, in regard to embryology, physiology and comparative anatomy.

  It would also be in contradiction with the Principle of Parcimony ( Ockham's razor ) that demands that the simplest explanation ( = Initial bipedalism ) should be preferred to the more complicated ones.

  We have to rethink our understanding of human origins, apart from today's arbitrary rigid mindset. If taken seriously, the zoological evidence of an initial mammalian bipedalism would certainly challenge the currently dominant views about human origins.

 

François de Sarre

 

 

Retour au Sommaire


 

 

Retour à la page de BIPEDIA

 

Retour à la page du C.E.R.B.I.


 

AUSTRALOPITHECUS
                 bahrelghazali
ET FAUNE ASSOClÉE

par Christophe BEAULIEU

 

SUMMARY: In Bipedia n°13, we developed some informations concerning en australopithecine discovery, informally named Abel, made by the Franco-Chadian Paleoanthropologic Mission managed by professor Michel Brunet from the University of Poitiers.
Today, new data allow to clarify some Iittle this extraordinary discovery.

  Dans Bipedia n° 13, nous avions développé quelques informations concernant la découverte d'un australopithèque, informellement baptisé Abel par la Mission Paléoanthropologique Franco-Tchadienne dirigée par le professeur Michel Brunet de l'Université de Poitiers.

  De nouvelles données permettent aujourd'hui d'éclaircir quelque peu cette extraordinaire découverte.

  1. Analyse de la mâchoire :

      D'après Pierre Fronty, chirurgien dentiste, la couleur marron foncé des dents de la mâchoire inférieure résulte des conditions de fossilisation : des sels minéraux et des oxydes métalliques présents dans la couche géologique ont imprégné et teinté l'émail des dents.

      Un des critères d"'humanisation" le plus évident s'observe au niveau des canines : d'une part, elles sont à peine plus longues que les dents voisines et d'autre part, il n'y a pas d'espace entre les canines et les prémolaires inférieures pour loger de grandes canines supérieures. La seule incisive en place est de forme quasi-humaine, celle des prémolaires très dérivée.

      L'observation des dents en coupe par radiographie conventionnelle et au scanner a permis de déceler un caractère très primitif chez Abel : la présence de trois racines sur les prémolaires ( une seule chez l'homme actuel ). En revanche l'émail est épais, caractère humain, tandis que chez le singe, il est plus mince.

      Les dents présentes sont des dente définitives, Abel n'était donc pas un enfant. Les facettes d'usure, notamment des prémolaires, montrent que ces dents étaient fonctionnelles depuis plusieurs années. La pulpe des canines est volumineuse, comme chez les sujets jeunes, mais le "déchaussement" n'est pas encore amorcé. Il s'agit donc d'un adulte jeune. L'analyse permet également de définir un problème d'ordre pathologique survenu chez Abel à l'âge de 5 ou 6 ans. Pierre Fronty explique :

      "En effet, certaines maladies qui se manifestent pendant l'enfance, au moment de la formation des dents, entraînent parfois quelques modifications, quelques "ratés" lors de la formation des tissus dure de la dent. Ces altérations sont figées par la minéralisation et restent visibles non seulement pendant toute la vie de l'individu, mais encore bien au-delà. Pour Abel, nous observons à la base des couronnes des canines des stries horizontales en forme d'arcs : ce sont des dysplasies. Ces stigmates sont dus à un défaut de minéralisation de l'émail. Chez l'homme, cette partie de la canine se minéralise vers l'âge de 6 ans".

      On peut donc conclure qu'une carence alimentaire, avec un manque de vitamines ou des troubles du métabolisme du phosphore et du calcium, sont à l'origine de cette anomalie.

      Michel Brunet souligne que la mandibule est très humaine avec des dents d'australopithèque. Cette mosaïque de caractères tout à fait originale pourrait accréditer l'idée qu'Abel serait l'australopithèque le plus proche du genre Homo.

      Yves Coppens est lui-même étonné par le degré d'évolution d'Abel, du fait de la molarisation des prémolaires et de la faible épaisseur de la partie antérieure de la mandibule ( symphyse ). Cette partie joue un rôle capital pour le placement de la langue. Cette particularité pousse Yves Coppens à déclarer qu'Abel avait déjà une région symphysaire très agréablement organisée pour s'exprimer.

  2. Nouvelles découvertes

      Deux nouvelles découvertes sont venues compléter le matériel déjà analysé et répertorié sous la référence, en tant qu'holotype, KT12/H1.

      En janvier 1996, un nouveau site à hominidés anciens ( KT13 ) est étudié par la Mission Paléoanthropologique Franco-Tchadienne au nord du pays. Ce site est riche en fossiles ( voir § 4 ) avec des contextes sédimentaires et fauniques correspondant au site KT12. Le 16 du mois, l'équipe y découvrit un maxillaire gauche préhumain dont l'identification reste incertaine.

      Le 24 janvier, sur le site KT12, une prémolaire isolée est trouvée et répertoriée comme paratype KT12/H2.

  3. Différenciation entre A. bahrelghazali et les autres taxons

      L'étude de la mandibule d'Abel ( holotype KT12/H1 ) a permis de relever suffisamment d'indices pour le classer parmi les australopithèques, et des différences significatives pour l'élever au stade d'espèce nouvelle. Il se distingue notamment de :

      Du point de vue phylogénétique, l'espèce tchadienne semble appartenir à un rameau ancien, individualisé avant 4 millions d'années, alors que certaine de ses traits ( molarisation des prémolaires et modelé de la symphyse ) l'orientent vers ceux qui entre dans la diagnose du genre Homo.

  4. Descriptif de la faune associée du site KT13

    1. Contexte géologique :

        Les dépôts du Pliocène, dans la cuvette tchadienne, sont généralement recouverts de formations quaternaires. A l'est de Kara Taro, ils affleurent sporadiquement. Il s'agit de grès fins, faiblement consolidés, dont les quartz anguleux indiquent un faible transport.

    2. La faune :

        L'étude des vertébrés récoltés sur le site KT13, très semblable au KT12, berceau d'Abel, soit en surface soit in situ dans le niveau fossilifère, a permis de reconnaître une trentaine de taxons, dont 22 mammifères. Parmi ces derniers, la liste des taxons recensés est la suivante :

      1. Carnivores :
        • Hyaenidae ( Hyaena sp. )
        • Felidae ( Felis sp., de la taille de F. silvestris )
        • Lutrinae ( Enhydriodon nov.ap. )
        • des mustélidés indéterminée
      2. Proboscidiens :
        • Stegodon kaisensis
        • Loxodonta adaurora/exoptatex
      3. Périssodactyles :
        • Equidae ( Hipparion hasumense )
        • Rhinocerotidae ( Ceratotherium praecox )
      4. Artiodactyles :
        • Suidae ( Notochoerus euilus ; Kolpochoerus afarensis )
        • Hippopotamidae ( Hexeprotodon )
        • Giraffidae ( Sivatherium, Giraffa gracilis )
        • Bovidae [ Bovini, Hippotragini, Reduncini ( Kobus, deux nouvelles espèces ), Alcelaphini ( Parmularius, nouvelle espèce ), Antilopini ]
      5. Primates :
        • Australopithecus (?), indéterminé.

        Les poissons et reptiles ( notamment Crocodylia ) sont également très nombreux. La présence d'oiseaux n'est attestée que par quelques fragments d'os des membres. Parmi les mammifères, les bovidés sont les plus nombreux ( tant, en quantité qu'en biodiversité ), trois nouvelles espèces ayant été découvertes sur KT13. Le nouveau pré-humain tchadien est représenté par un maxillaire gauche, particulièrement bien conservé.

        L'association faunique de KT13 est proche de KT12 ; l'ensemble des marqueurs biochronologiques permet d'accepter une datation de 3 à 3,5 millions d'années et reste comparable à ceux de Hadar en Ethiopie, déjà datée de cette période ( Cooke, 1985 ).

        On peut également interpréter la faune de KT13 comme représentative d'une mosaïque de paysages dans une zone bordière de lac ou de rivière.

  5. Comparaison cryptozoologique

      En note cryptozoologique à l'article paru dans Bipedia n°13, nous avions tenté de mettre en évidence d'éventuels rapports entre la répartition géographique des australopithèques, selon la nouvelle donne, et la présence d'êtres furtifs dans des zones peu fréquentées d'Afrique. D'après les hypothèses de travail soutenues par des spécialistes, nous trouvons légitime de nous interroger sur la survivance de quelques groupes plus ou moins primitifs en marge du monde moderne.

      Ainsi, l'étude de la sociologue Jacqueline Roumeguère-Eberhardt sur les hominidés non-identifiés du Kenya fait ressortir cinq types d'individus dont deux sont petits et robustes. Elle les a baptisée X4 et X5. Si X5 semble être trop évolué ( on a retrouvé du matériel de chasse et de couture performant lui appartenant mais totalement inconnu des autochtones ) pour être un australopithèque, en revanche X4 a une carte d'identité suffisamment éloquente pour nous interpeller : il mesure moins d'1,50 m, est indiscutablement bipède, il a un corps poilu foncé, utilise un bâton pour creuser et son régime alimentaire semble être composé de viande trouvée morte, de tubercules, de baies et de champignons. Lorsque le livre de la sociologue fut édité, de nombreuses lettres de témoignages décrivant des créatures similaires dans d'autres pays d'Afrique lui parvinrent.

      Bernard Heuvelmans avait lui-même répertorié un bon nombre de petits hommes inconnus tant sur la côte Est du continent que sur la partie Ouest équatoriale. Christian Le Noël, ancien guide des chasses, a, quant à lui, eu l'occasion d'enquêter sur les nains de brousse dont le territoire semble s'étendre en Centrafrique, au Tchad et probablement jusqu'au Soudan.

      L'existence de ces hominidés, puisque généralisée, ne peut plus être remise en cause. En reprenant l'ensemble des témoignages et des indices à notre portée, il semblerait que nous retrouvions sur le continent africain des représentants typiques de l'arbre généalogique humain dans son entier. De plus, c'est bien la totalité des niches écologiques qui paraissent être occupées : des zones semi-désertiques à la forêt la plus profonde, en passant par la savane arborée. La seule condition d'existence, ou de survivance, semble être liée à l'absence de l'homme moderne.

      De leur côté, les paléoanthropologues ont volontairement limité la répartition des anciens hominidés aux zones peu arborées de l'Afrique de l'est, mais tout indique que cette limitation correspondrait en fait aux zones favorables à la fossilisation... Plus les découvertes se font nombreuses et diversifiées, plus la confusion règne dans le phylum humain.

      Ceci nous amène à nous interroger sur la valeur réelle de ces querelles de clochers : ne serait-il pas plus rationnel de considérer une espèce alpha, présente dans tous les biotopes disponibles à partir d'une source, peut-être très ancienne, qui reste encore à découvrir et évoluant, s'adaptant, selon les environnements, vers les souches australopithèques, vers la spécialisation arboricole, vers l'outil ?

      La grande diversité des hominidés anciens disposant indifféremment de caractères primitifs ou évolués, leur capacité à survivre dans des milieux inattendus, finalement très différents et éloignés les uns des autres, tendent à prouver que seule une forme primitive, non spécialisée donc bipède et nue de toute défense naturelle, aurait su développer la brachiation en milieu forestier aérien, le nanisme ou le gigantisme en complément du mimétisme en milieu forestier terrestre, l'agrandissement moyen de la taille et l'outillage en savane.

     

      L'espèce alpha serait à l'origine de toutes les variétés de grands primates, humains y compris, et par endroits, le faible modification écologique aurait laissé derrière elle quelques groupes isolés d'êtres particulièrement bien adaptés à ces différents biotopes.

 

REFERENCES

Terradillos Jean-Luc : "Abel, l'homme de la rivière aux gazelles", in L'actualité Poitou-Charentes, Janvier/Février/Mars 1996, n°31, pp 16-21.
Brunet Michel et al. : "A. bahrelghazali, une nouvelle espèce d'Hominidé ancien de la région de Koro-Toro ( Tchad )", in C.R. Acad.Sci. Paris, 322, série IIa, 1996, pp 907-913.
Brunet Michel et al. : "The first australopithecine 2 500 km west of the Rift Valley ( Chad )", in Nature vol. 378, November 16, 1995, pp 273-275.
Brunet Michel et al. : "Tchad, un nouveau site à Hominidés Pliocène", in C.R. Acad.Sci.P., 324 ( IIa ), 1997, pp 341-345.
Beaulieu Christophe : "Abel, australopithèque tchadien", in Bipedia, n°13, Septembre 1996, pp 11-13.
Nouvelle République du Centre-Ouest, 10 Février 1996.
Centre Presse, 10 Avril 1997.
Centre Presse, 13 Avril 1997.
Centre Presse, 21 Mai 1997.
Heuvelmans Bernard : "Les Bêtes humaines d'Afrique", Plon, 1980.
Le Noël Christian : "Recherches sur des hominiens inconnus de République Centrafricaine", in Bipedia, 4, Mars 1990, pp 11-15.
Roumeguère-Eberhardt Jacqueline : "Les Hominidés non identifiés des forêts d'Afrique", Robert Laffont, 1990.
de Sarre François : "Les Hominoïdes cachée d'Afrique à la lumière des récentes données paléontologiques", in Cryptozoologia, n°2, Juin 1995.
de Sarre François : "The mysterious Hominoids of Africa", in Animais & Men, n°6, July 1995, pp 23-25.

 

 

Retour au Sommaire


 

 

Retour à la page de BIPEDIA

 

Retour à la page du C.E.R.B.I.


 

FOOTPRINTS IN STONE
EVIDENCE FOR
INITIAL BIPEDALISM ?

by Ulrich MAGIN

 

1- THE PROBLEM

  Books on Atlantis, lost civilisations, creationism and tomes on the ancient astronauts theory seem to contain a multitude of cases where human footprints have been found in solid rock of geological ages long past. These fossils, if shown to be authentic, would argue for an age of man far surpassing anything assumed by orthodox science. They would be definite proof also for the theory of initial bipedalism.

  However, a closer examination reveals that the multitude of cases is soon reduced to only a few reports, which have been quoted ad nauseam by the authors. The same few cases have been retold again and again, and everybody appears to quote just about every author in the field of speculative archaeology. Nobody has ever checked whether these cases are valid. ( That said, the book by Cremo & Thompson is the notable exception and offers new material ).

  This is a preliminary study of the material so far published and does not claim to be complete.

2- FOOTPRINTS IN SOLID ROCK

  The following listing includes all cases known to me. Information on further cases missed here is certainly wellcomed.

  Each item starts with the place where the footprint was found, then a brief description of the print follows. The sources are given as complete as possible so that any sociologically inclined researcher may look up how the individual stories became embellished in time. This is followed by a short discussion, and if possible, identification of the origin of the print.

3- ANALYSIS

  This list may appear like an arbitrary collection of "footprints in stone", mixing folkloric tales with scientific discoveries. It will become evident, however, that it makes an argument as well.

  The phenomenon of footprints in stone which are often explained as marks left by gods, saints, angels or devils, has a multi-causal origin : some of the footprints are only interpretations of naturally eroded cups, the rest are clearly prehistoric or later carvings. That is, the legends have grown around these footprints, and stories have been told to explain them.

  In a different class than these sacred prints appear to be those of human feet or shoe soles in geological layers. However, a close reading of the list shows that the same process was at work with the majority of the "fossil footprints" listed above.

  The footprints are often used by proponents of ancient astronauts or Atlantis. These are hardly the most reliable authors, and they often undertake their research with an agenda in mind. As those cases where the fossil footprints were clearly shown to be misidentifications prove, these "researchers" will not listen to logical explanations anyway.

  Each of the cases would deserve a separate study, certainly more than the brief summary that had to do in this article.

  Most of the finds are misperceptions : the Carson prints were those of a giant sloth, the Mongolia prints have been identified as fossil ripple marks, both "shoesoles" are a result of fracturing, and the Spanish print and the Australian print are clearly naturally eroded depressions. The Kiribati prints and the British one have been carved, probably for magical reasons.

  There is little difference between the folkloric reinterpretation of eroded rocks and what careless researchers have done. These prints are evidence only for self-delusion.

  The only cases worthy of consideration always appeared to be the footprints of Paluxy, where whole sets of human footprints had been found alongside dinosaur prints in the same geological layer. However, this case has been conventionally explained, as outlined in the relevant section above.

  Although more research is needed into the few cases where no definite identification has been possible yet, the conclusion at this point of time can only be that "fossil human footprints in solid rock" offer no evidence for the existence of humans in the far geological past.

  This may change tomorrow, but any other conclusion would mean to base too much speculation on too flimsy a fundament.

 

NOTES

BAMM Peter : Frühe Stätten der Christenheit. Munich : Kösel 1955
BENITEZ, J.J. : Existio otra humanidad. Barcelona : Plaza y Janes 1975
BENJAMIN, Phyllis : Nous. INFO Journal 50, 1986, p. 20-25
BENJAMIN, Phyllis : Is the Tomb of Jesus in Kashmir ? INFO Journal 58, 1989, p. 22-24
BERLITZ, Charles : Das Bermuda-Dreieck. Munich: Knaur 1978
BORD, Janet & Colin : Ancient Mysteries of Britain. London : Paladin 1987
CARRINGTON, Richard : Mermaids and Mastodons. London : Arrow 1960
CHARROUX, Robert : Vergessene Welten. Düsseldorf : Eton 1974
CORLISS William R. : Science Frontiers. Fortean Times 43, p. 28-29
CREMO, M.A. & THOMPSON, R.L. : Forbidden Archeology. San Diego : Bhaktivedanta Institute 1993
DÄNIKEN, Erich von : Maine Welt in Bildern. Düsseldorf : Eton 1973
Däniken Erich von : Beweise. Düsseldorf : Eton 1977
Däniken Erich von : Aussaat and Kosmos. Bergisch Gladbach : Hastei 1990 ( originally published in 1972 )
Däniken Erich von : Raise oath Kiribati. Bergisch Gladbach : Hastei Lübbe 1994
DASH, Mike : Phänomene. München : Bettendorf 1997
DOPATKA, Ulrich : Das Spiegelbild der Goiter. Bonn 1975
DOPATKA, Ulrich : Lexikon der Prä-Astronautik, Düsseldorf : Eton 1979
DOUGHERTY, C.N. : Valley of Giants. Cleburne, Tex. 1971
FIEBAG Johannes : Ratsel der Menschheit. Luxemburg : John Fisch 1982
FIEBAG, Johannes and Peter (Ed.) : Aus den Tiefen des Ails. Berlin : Ullstein 1995
FORSTER, Walter : Adam's Peak - der geheimnisvolle Berg Sri Lankas. In : Erich von Däniken (ed.) : Fremde aus dam All. Munich : Gold mann 1995, p. 153-156
FORT, Charles : The Complete Books. New York : Dover 1974
HOLIDAY, F.W. : The Dragon and the Disc. London : Futura 1973
ILLIES, Joachim : Zu wahr, um schön zu sein. Freiburg : Herder 1977
KEEL, John A. : Strange Creatures from Time and Space. Greenwich, Conn. : Fawcett 1970
KOLOSIMO, Peter : Not of this World. Aylesbury : Sphere 1971
KOLOSIMO, Peter : Unbekanntes Universum. Berlin : Ullstein 1991
McNEIL, George : Wohnstätten der Götter. Hanau: Dausien 1992
MAGIN, Ulrich : Fussspuren Bind Saurierabdrücke. Night Lights 9/1987, p. 44
MANGIACOPRA, G.S., SMITH, Dr. D.G. and AVERY, Dr. D.F. : Homo nevadiensis of Carson city. Fortean Studies 3, 1996, p. 211-222
MICHELL, John & RICKARD, R.J.M. : Die Welt steckt volley blunder. Düsseldorf : Econ 1979
MOONEY, Richard E. : Les Dieux de l'espace et des tenebres. Paris 1976
PATTERSON, John W. : Dinosaurs and Men : The case for Coexistence. Pursuit 18 : 3, 1985, p. 98-102
SANDERSON, Ivan T. : Abominable Snowman : Legend Come to Life. New York : Pyramid 1968
SCHNEIDER, Adolf : Besucher aus dem Kosmos. Freiburg : Batter 1976
SMITH, Warren : The Secret Forces of the Pyramids. London :Sphere 1977
STEIGER, Brad : Mysteries of Time and Space. Englewood Cliffs, NJ 1974
STEINHÄUSER, Gerhard R.: Unsere Heimat im All. Vienna: Omnibus 1979
THIEDE, C.P. & d'ANCONA Matthew : Der Jesus-Papyrus. Reinbek : rororo 1997
TOMAS, Andrew : Wir sind nicht die Ersten. Bonn 1972
TOMAS, Andrew : On the Shores of Endless Worlds. New York : Bantam Books 1976
TURBOTT, I.G. : The Footprints of Tarawa. Journal of the Polynesian Society vol. 58, Nr. 4, December 1949
WILDER-SMITH, A.E. : Man's Origins, Man's Destiny. Illinois : Harold Shaw 1968
WITCHELL, Nicholas : The Loch Ness Story. Lavenham : Terence Dalton 1976

 

 

 

Retour au Sommaire


 

 

Retour à la page de BIPEDIA

 

Retour à la page du C.E.R.B.I.


 

LES DOGONS DU MALI

ET LEURS CONTACTS SUPPOSÉS
AVEC DES "EXTRATERRESTRES"

par Carlos BONET BETORET

 

  Ces dernières décennies, de nombreux peuples africains ont été étudiés par divers chercheurs anthropologues et ethnologues, dans le but de faire connaître au monde leurs cultures et leurs modes de vie. Nous citerons par exemple les Saharouis ( Caro ), les Ewuzoks ( Mallart ), les Pygmées ( Turnbull ), les Massaïs ( Roumeguère-Eberhardt ), les Fangs ( Ochamve ), les Azandes ( Ewana ), les Bwas ( Capron ), les Lugbaras ( Middleton ), les Ethiopiens ( Gonzales ), les Saras ( Jaulin ), les Dinkas ( Lienhardt ), les Ocholos ( Abeles ), les Touaregs ( Bernezat ), les Yorubas ( Thompson ), les Shongays ( Boulnois ), les Himbas ( Abati ), les Mossis ( Skinner ), les Guenminas ( Torre ), les Bambaras ( Dieterlen ), les Sothos ( Watson ), les Boschimans ( Silberbauer ), les Zimbabwés ( Randles ), les Havus ( Kashimura ), les Ndembus ( Turner ), les Swahilis ( Freeman ), et autres.

  Ce court travail est dédié au peuple des Dogons du Mali, qui vivent dans les falaises de Bandigara, au sud de la boucle du fleuve Niger (Dijoliba). Ce peuple a déjà été très étudié par l'anthropologue Marcel Griaule et par sa fille, et nous n'y ajouterons rien de nouveau. Ce que nous désirons, c'est critiquer l'idée absurde d'une origine "extraterrestre" de la culture Dogon : expression dune mode fort répandue de vouloir mettre en relation les diverses cultures du monde avec la visite d'habitants d'autres planètes. Nous nous élèverons contre ces superstitions, et montrerons, de manière rationnelle et logique, leur manque de sens absolu.

  Marcel Griaule écrivit en 1948 la première édition de son livre "Dieu d'eau, entretiens avec Ogotemeli". Après une première visite aux Dogons, dès 1931, il fit un séjour en 1946 dans le village d'Ogol, où il fit la connaissance d'un vieillard appelé Ogotemeli. Cet homme lui expliqua, au cours de conversations qui durèrent 33 jours, ce qu'était la mythologie des Dogons, jusqu'alors inconnue. Grâce à cet Ogotemeli, Griaule fit connaître au monde la cosmogonie des Dogons : son livre est un exposé de tous ces mythes, dans le but de les rendre compréhensibles au lecteur occidental. Nous allons faire un bref résumé de cette mythologie des Dogons, d'après le récit d'Ogotemeli :

  1. Selon les Dogons, le dieu suprême, appelé "Amma", fit les étoiles, le Soleil, la Lune et la Terre ; cette derrière en façonnant une gigantesque statue d'argile en forme de corps de femme. Cette Terre-Femme avait comme vagin un nid de fourmis, comme clitoris un nid de termites, et Amma voulut s'accoupler avec elle, mais il était gêné par le clitoris, qui était considéré comme un attribut masculin. Alors, Amma excises le clitoris-nid de termites, et il put s'accoupler sans problème avec la Terre-Femme. Mais de cette première union imparfaite naquit le Chacal, un être jugé très négatif, symbole des difficultés du dieu Amma.

  2. Après, il y eut un nouvel accouplement qui engendra les jumeaux "Nommo" moitié-hommes, moitié-serpents ; ils avaient huit membres flexibles, sans articulations. Ces jumeaux furent amenés au Ciel afin d'y recevoir la sagesse de leur père Amma, et comme ils étaient parfaits, ce ne fut pas nécessaire de leur apprendre à parler. Comme numéro, ils avaient le 8, qui est le symbole de la parole, et ils avaient en eux l'essence d'Amma, car ils avaient été formés à partir de sa semence, identifiée à l'eau douce et à l'eau salée.

  3. Puis le chacal est une relation incestueuse avec sa mère, la Terre, et avec cette relation lui vint la parole : il put ainsi révéler les desseins d'Amma. Comme la Terre était devenue impure - on peut voir là une menstruation - Amma l'abandonna et décida de créer directement les êtres vivants. Pour ce faire, il jeta au sol de petites boules d'argiles qui se transformèrent en Homme et en Femme : ce fut le premier couple humain.

  4. Ensuite, les Nommo donnèrent à l'homme une âme masculine et une âme féminine, et ces mêmes deux âmes à la femme, ce qui fait que depuis l'origine, chaque personne a ces deux âmes de sexe différent. Les Dogons croient que l'âme féminine de l'homme est dans le prépuce, et que l'âme masculine de la femme est dens son clitoris. Afin d'éliminer cette contradiction, les Nommo excisèrent le clitoris de la femme, laquelle devint un scorpion, et ils coupèrent aussi le prépuce de l'homme, qui devint un lézard.

  5. Alors, l'accouplement de ces premiers humains fit naître huit êtres qui étaient à la fois homme et femme, et chacun put se reproduire à partir de lui-même, engendrant ainsi les ancêtres des Dogons. Ces ancêtres montèrent ensuite au Ciel et se transformèrent en 8 Nommo, qui étaient de degré inférieur aux deux premiers Nommo, fill de Amma et de la Terre. Puis Amma renvoya dens le monde ces huit ancêtres, chargés de symboles et de tablettes, afin d'enseigner tous les autres êtres.

  6. Pour que ces huit ancêtres puissent s'alimenter, Amma leur donna huit différentes graines, le dernier des grains étant la céréale que les Dogons appellent "fon" ( Digitaria ). Ces huit types de graines, correspondent aux huit parties du corps humain ; on les considère comme étant à l'origine du système octocimal des Dogons.

  7. Alors que les huit ancêtres descendaient en ordre dans le monde, le huitième passa devant le septième. Celui-ci rentra dans une telle colère qu'il se changa en serpent. Cet ancêtre-serpent dévora l'homme appelé "Lebé", qui était le premier descendant du huitième ancêtre descendu du Ciel. Ce "Lebé" est considéré comme le neuvième ancêtre.

  8. Les hommes créés par les huit ancêtres étaient, au début, immortels, car après une longue vie passée sur terre, ils montaient au Ciel. Mais, par la suite, ils devinrent mortels. Certains des hommes qui étaient montés au Ciel retournèrent sur terre pour aider leurs descendants, on les appela les "Binu". Chacun des huit groupes d'ancêtres adoraient un Binu différent dans des sanctuaires où officiaient des prêtres, les "hogons".

  9. Il existe chez les Dogons une cérémonie appelée "sigui", qui se déroule tous les soixante ans, durant laquelle on sculpte un serpent dans un tronc d'arbre. Ensuite, l'on boit de la bière de millet. Cette cérémonie a pour but le renouveau de toutes les forces spirituelles.

  10. Il faut ajouter que les Dogons représentaient à l'origine le Nommo mâle sous la forme d'un bélier, et le Nommo femelle sous celle d'un disque solaire entre les cornes du bélier, ce qui peut rappeler la religion de l'Egypte ancienne.

  A la suite de ce résumé des mythes dogons racontés par Ogotemeli à Griaule, nous commenterons un autre livre sur les Dogons, écrit en 1977 par Robert Temple, dont le titre est : "The Sirius Mystery". Ce livre prétend étudier la mythologie dogon, affirmant que si ce peuple connaît aussi bien l'étoile Sirius, c'est parce que leurs ancêtres avaient eu des contacts avec des visiteurs venus de cette étoile. Temple dit que des êtres intelligents, originaires dune planète tournant autour de Sirius, sont arrivés sur Terre à bord d'astronefs et ont apporté leur culture aux Dogons. Nous pouvons résumer ici les arguments développés par Temple en faveur de cette théorie :

  1. Les civilisations terrestres n'ont pas été créées par les humains, mais ont une origine extraterrestre. Les cultures égyptiennes et sumériennes "sont parties de zéro", autrement dit, il y aurait eu un passage brusque de la préhistoire à une forme de civilisation élaborée. Temple ajoute que seuls des extraterrestres étaient capables de répondre à la question de savoir si l'être humain est naturellement bon ou mauvais.

  2. Temple parle ensuite des Dogons, en commentant les recherches faites par Griaule sur leurs connaissances en Astronomie.

  3. Il explique ensuite que les Dogons savaient que Sirius était en réalité une étoile double. La découverte officielle remonte à 1931, quand on découvrit une toute petite étoile qui tournait autour de Sirius. On les appela "Sirius A" et "Sirius B". Les Dogons ont toujours connu "Sirius B" sous le nom de "Fon", qui est aussi le nom d'une céréale. Il est curieux que les Dogons connaissaient la circulation du sang, avent sa découverte par Harvey ( 1578-1657 ). Pour les Dogons, l'étoile "Fon" ( Sirius B ) est le lieu d'origine des dieux Amma et Nommo ; il est dit que Nommo reviendra sur Terre à la fin des temps.

  4. Temple parle aussi des connaissances qu'avaient les anciens Egyptians sur Sirius et Orion, étoiles qu'ils appelaient respectivement "Sept" et "Sah". Selon Wallis-Budge, les étoiles Sirius et Orion peuvent correspondre au couple divin Isis et Osiris. Robert Temple pense que la déesse Neftis, soeur d'Isis, peut être identifiée au "Fon" des Dogons. Il dit aussi que, puisque Isis et Neftis sont représentées avec des récipients d'eau, ce serait l'illustration de 2 planètes renfermant de l'eau en surface, qui tournent autour de l'étoile Sirius. Il en déduit alors que les deux planètes sont les lieux d'origine des extraterrestres qui sont venus enseigner l'astronomie aux humains. Il faut se rappeler que chez les anciens Egyptiens, l'étude de Sirius avait une grande importance dans le calendrier, comme l'ont étudié Alimen, Botero et Vercoutier.

  5. Puis, Temple compare la mythologie des Dogons et des Egyptiens, avec celle d'autres peuples antiques, les Sumériens de la Mésopotamie en particulier, et il identifie alors les extraterrestres de Sirius au dieu sumérien Oannès. Selon les légendes anciennes de Sumer, Oannès était un dieu en forme de poisson, ou un être amphibie, arrivé de la mer pour civiliser les hommes. Il avait fondé la ville prédiluvienne de Shurupak. Temple défend la théorie de contacts anciens entre Egyptiens et Sumériens, ce qui est une possibilité raisonnable. Il met également en rapport les 50 ans que prend Sirius B pour tourner autour de Sirius A, avec les 50 noms attribués au dieu suprême, Marduk, des Babyloniens.

  6. Temple compare ensuite les mythes égyptiens et dogons à ceux des Grecs, notamment à celui des Argonautes, où il identifie les 50 ans que dure la révolution de Sirius B, aux 50 héros qui prirent place dans le navire Argos. Comme les Argonautes allaient en Colchide, sur la mer Noire, Robert Temple ajoute que les habitants de cette contrée devaient descendre de colons égyptiens, idée défendue par des auteurs grecs classiques, comme Hérodote et Pindare. Des historiens modernes, comme Ferran Iniesta, ont défendu aussi la théorie de l'origine égyptienne des habitants de Colchide.

  7. Pour ce qui a trait aux origines des Dogons, Temple écrit qu'ils sont les descendants de l'ancien peuple des Garamantes de Libye, et suppose qu'ils ont migré au sud du fleuve Niger, où ils se mélangèrent aux populations locales. Temple croit aussi que les Garamantes descendent des Pélasges, anciens habitants de la Grèce pré-hellénique. Ces Pélasges seraient venue de Grèce jusqu'en Libye, où ils furent à l'origine du peuple garamante. Donc, selon cette théorie, les Dogons seraient les descendants des Pélasges. Cela ressemble à la théorie, émise par les historiens du XIXe siècle, selon laquelle les Guanches des iles Canaries descendraient des Vandales germaniques.

  8. Puis, Temple revient à son idée de comparer Nommo à Oannès, étant donné que tous les deux sont des dieux aquatiques. Il considère alors que ces dieux sont des extraterrestres, originaires d'une planète qui tourne autour du système double Sirius A et B. Temple décrit même l'anatomie de ces visiteurs qui auraient la forme classique de la Sirène : moitié humain, moitié poisson. Il dit aussi que la forme allongée des masques "sirigui" des Dogons reproduit la forme des nefs spatiales, au bord desquelles seraient arrivés ces visiteurs en provenance de Sirius. Temple prétend se référer à l'autorité d'astronomes comma Carl Sagan pour défendre sa théorie que la Terre a été civilisée par des êtres venue d'autres mondes : ce sont eux qui auraient apporté aux humains leurs connaissances scientifiques ou mythologiques.

  Il faut bien admettre que l'oeuvre de Temple a le mérite de nous faire mieux connaître la culture dogon, et qu'elle établit des liens avec divers peuples antiques. Mais des auteurs comme Robert Temple, et quelques autres, traitent cette question sous une forme sensationnelle - et sans logique scientifique. Nous devons maintenant faire la critique de l'argumentation de Temple, en suivant le même ordre qu'avant, et nous allons découvrir que ces visiteurs de Sirius ne relèvent que de l'imagerie fantastique la plus totale.

  1. L'idée selon laquelle la Terre a été visitée par de doctes extraterrestres qui ont civilisé l'humanité, n'est ni très originale, ni du ressort exclusif de R. Temple. Il y a presque 20 ans déjà, l'écrivain Erich von Däniken parlait aussi de visiteurs d'autres planètes qui eurent une grande influence dans l'histoire de la Terre. Däniken croyait également que les extraterrestres avaient créé l'homme par manipulation génétique, au moyen de singes plus ou moins avancés dans leur évolution. Il s'appuyait pour cela sur la tradition biblique, considérant que le Dieu de la genèse était un sage extraterrestre, lequel fit l'homme en souflant dans une silhouette de glaise. Un autre défenseur d'une origine "non terrestre" de l'homme est l'écrivain David Agamon, qui publie en 1978 un livre sur les voyages de l'explorateur Karyl Robin Evens dans l'Himalaya. Cet ouvrage décrit son séjour, en 1947, chez le peuple des Dyzopas, considéré comme les descendants d'extraterrestres qui auraient colonisé le Tibet. Agamon et Däniken se refusent d'accepter la théorie "classique" de l'évolution humaine, telle qu'elle fut exposée par Darwin au XIXe siècle. Il faudrait comprendre pourquoi tous ces auteurs sont si obsédés par une origine extraterrestre de notre espèce et de ses civilisations. Quand Darwin publie "De l'origine des espèces" en 1859, il rejeta tous les mythes d'une origine surnaturelle de l'homme. Les réactionnaires religieux, qui sont contre l'idée d'évolution, continuent à croire que le monde a été créé en 6 jours, comme l'enseigne la Bible. Mais il y a des personnes plus cultivées qui rejettent l'origine animale de l'homme, sans pour autant accepter la mythologie biblique. On peut alors comprendre que les thèses de Däniken puissent être acceptées en tant qu'alternative "moderne" à l'évolution. Il est sûr que Däniken a profité d'un grand impact dans les années soixante-dix, après que l'homme eut marché sur la Lune, et avec l'apogée de la "science-fiction". Il faut se souvenir de romans comme "2001, Odyssée de l'espace" d'Arthur Clarke, mis à l'écran par Stanley Kubrick, où l'on montrait aussi que l'homme trouvait son origine dans les expérimentations génétiques d'extraterrestres. Maintenant, il faut voir pourquoi Temple et Däniken affirment que les humains doivent leur civilisation à des visiteurs venus d'autres planètes. En ce qui concerne l'Egypte et Sumer, la genèse de ces cultures a été très bien étudiée par des auteurs comme Alimen, Botero et Vercoutier. Il est alors absurde de penser que les civilisations anciennes ont apparu brusquement, comme nées du contact entre des hommes primitifs et des extraterrestres. Temple, Däniken et autres, veulent dire que l'humanité ne peut pas progresser par elle-même : ils nient alors le progrès dans la nature et dans l'histoire, ils nient que l'homme puisse s'améliorer à partir de son propre potentiel. C'est une version moderne de ce qu'affirment les réactionnaires religieux en disant que l'homme ne peut pas se sauver lui-même, sans l'aide d'un dieu ou d'un messie. Mais la science a toujours su montrer que l'homme pouvait progresser par ses propres moyens, sans le secours de dieux, démons, esprits, ou de "martiens".

  2. Il est bien sûr absurde de nier le fait que les Dogons ont des connaissances astronomiques, si l'on se réfère aux travaux des Griaule, père et fille. Les Dogons avaient la connaissance des mouvements en orbite de Sirius A et B, avant les découvertes de l'astronomie moderne. Il faut pouvoir expliquer comment les Dogons ont pu posséder cette science des astres, sans pour autant tomber dans des allusions fantasques à des visiteurs extraterrestres.

  3. Les Dogons ne connaissaient évidemment pas le télescope, mais cet instrument n'était pas connu non plus des peuples d'Egypte, de Babylone, de Chine, de Grèce, ou de tout autre peuple qui possédait pourtant une grande science astronomique. Si les Dogons pensaient que c'étaient des dieux qui leur avaient donné les clés du savoir, ils partageaient cette conviction avec bien des peuples de l'Antiquité.

  4. C'est d'Egypte que durent provenir les connaissances des Dogons en astronomie, car nous avons déjà vu l'importance de l'étoile Sirius dans cette culture. Chaque fois que revenait la montée annuelle du niveau du Nil ( Hapi ), l'on voyait Sirius ( Sothis ) poindre à l'horizon : l'étoile était, pensait-on, la cause de la montée des eaux du Nil. Les Egyptiens ne savaient pas que la véritable cause était la fonte des neiges du Ruwenzori, où se situent les sources du Nil. Il est curieux que Cicéron en parle dans son "De Republica", désignant le mont "Catadupa" ; mais nous ignorons l'origine de ce nom. Pour en revenir aux croyances des Egyptiens sur Sirius, on pourrait penser qu'elles n'ont pas pu avoir d'incidence sur celles des Dogons, compte tenu de la distance spatiale et temporelle entre les deux peuples. Mais on peut rétorquer que la distance n'a pas joué de rôle, et que l'influence de l'Egypte s'étendait à tous les peuples d'Afrique de l'Ouest. Selon Ferrari Iniesta, dans son livre : "L'ancienne Egypte, nation noire", les Wolofs de l'actuel Sénégal pratiquent une langue très différente de l'égyptien ancien, renfermant néanmoins beaucoup de mots communs. On peut aussi penser, chez les Dogons, à une influence de l'empire du Mali, dont la capitale était Tombouctou sur le fleuve Niger. Les Dogons faisaient partie de cet empire, mais il est plausible que leurs connaissances astronomiques sur Sirius fussent antérieures à sa création, au XIIIe siècle. Etant donné que le Mali était un empire musulman, si les Dogons avaient subi son influence culturelle, ils seraient devenus musulmans et n'auraient pas abandonné leurs croyances polythéistes.

  5. En ce qui concerne les relations entre Egypte et Sumer, il faut ajouter que c'est toujours un objet de polémiques, et que la question est loin d'être élucidée. On doit en tout cas rejeter l'idée absurde de Temple, pour lequel les 50 noms de Marduk correspondent aux 50 ans de l'orbite de Sirius B autour de Sirius A. Personne n'a jamais pu prouver une influence de la Mésopotamie sur les cultures africaines. Là aussi, c'est faire la part belle au sensationnalisme. Un autre exemple en est la théorie de Koldewey, pour lequel le monstre appelé "mushrushu", sur la ports d'Ishtar à Babylone, serait un dinosaure ramené d'Afrique. Willy Ley en parle aussi dans son livre : "Le dipneuste, le dodo et la licorne". Mais jamais l'on n'a pu prouver une survivance des Dinosaures après l'ère Secondaire : le "mushrushu" reste un animal purement mythique.

  6. Il serait également absurde de comparer les 50 rameurs du bateau des Argonautes aux 50 ans de l'orbite de Sirius B autour de l'étoile principale. Nous n'acceptons d'ailleurs pas la théorie de Ferran Iniesta, pour lequel le peuple de Colchide était d'origine africaine, descendant de colons égyptien installés par Toutmosis III, au cours du XVe siècle avant notre ère. A cette époque, le pouvoir de l'Egypte parvenait jusqu'à l'Euphrate, au nord, mais pas jusqu'en mer noire où se situait le pays de Colchide. Nous pourrions commenter aussi les théories qui établissent une relation entre l'Afrique et le mythe de l'Atlantide, évoqué par Platon dans son dialogue "Critias", mais ce serait matière à un autre article.

  7. Traitons maintenant le problème des relations entre les Dogons, les Garamantes de Libya et les Pelasges de Grèce. Il est sûr que les peuples du Sahara ancien : Libyens, Numides, Berbères, Garamantes et autres, ont pu avoir eu une influence sur les peuples de l'Afrique occidentale. L'empire du Ghana, par example, précurseur de l'empire du Mali, subit beaucoup l'influence de ces peuples, au VIIIe et au IXe siècle. Mais il est malaisé de croire que ces populations aient migré vers le sud, franchissant le Niger pour donner naissance à la civilisation Dogon. La fille de Marcel Griaule a montré que la langue dogon était très différente de celles parlées dans le Sahara. On pourrait admettre une présence berbère au Niger, si l'on se réfère à Hérodote qui relate le voyage de 5 jeunes Berbères dans le sud. Ils franchirent le désert et arrivèrent au bord d'un grand fleuve rempli de crocodiles, qui coulait dans le sens ouest-est. Mais il est plus raisonnable de penser que ces jeunes gens parvinrent au fleuve Bahr-el-Ghazal, lequel est un affluent du Nil sur son côté gauche, puisqu'ils étaient partis de Cirène ( Libye ). Le Bahr-el-Ghazal était plus proche que le Niger, et sans traverser tout le Sahara, il suffisait de contourner le désert par sa partie orientate. En ce qui concerne les Pélasges, anciens habitants préhelléniques de la Grèce, il n'y a aucune preuve qu'ils aient pu franchir la Méditerranée pour venir s'établir en Afrique du Nord. On pourrait discuter du problème des relations entre les peuples de la mer Egée, et ceux du Sahara ou de l'Afrique, en général. Jean Laude, dans son tiers: "Les arts de l'Afrique Noire", écrit que le peuple Ibibide de l'actuel Nigeria, réalise des sculptures représentant des déesses avec des serpents, exactement comme dans la Crète antique. Mais il s'agit de coïncidence, car les serpents sont adorés dans beaucoup de cultures anciennes, à Babylone, au Cambodge ou au Mexique. Il est impossible d'accepter l'idée d'un contact entre les Crétois et les Ibibides, à cause de la trop grande distance spatiale et temporelle.

  8. Venons-en maintenant aux thèses de Temple sur le rapport entre le Nommo des Dogons et l'Oannès des Sumériens. Ce dernier était un dieu marin, mi-homme mi-Poisson, qui fonda la villa de Shurupak. Il y eut après lui plusieurs rois dans cette ville, le dernier étant Utnapishtim, unique survivant du Déluge, d'après les épopées de Gilgamesh et Atrabhasis. Ces mythes ont peut-être une base plus ou moins historique, puisque Woolley découvrit des villes mésopotamiennes détruites par une inondation. Mais il paraît absurde d'identifier Oannès à Nommo, car ce dieu dogon ne fonda aucune ville et ne fut pas non plus l'ancêtre d'une dynastie, détruite par un déluge. Oannès et Nommo se ressemblent seulement par leur aspect de "sirène", mais c'est un lieu common pour diverses divinités à travers le monde entier : par example, Kappa au Japon, Triton en Grèce, Atargatis en Syria, Mélusine chez les Gaulois, Rusalka chez les Slaves, la Lorelei chez les Germains, et Harakoi Dikko chez les Bambaras de l'actuel Mali. Il y a aussi de très nombreux mythes sur des villes fabuleuses au fond des lacs ou des mers. On peut citer : le conte "Abdallah de la terre et Abdallah de la mer", tiré des Milles et une Nuits ; la cité de Kitesh, chez les Slaves ; la ville du dieu Tuchulca, chez les Etrusques ; et, dans la littérature moderne, la cité de Rliyeh, au fond de l'océan Pacifique, qui apparaît dans les "Mythes de Cthulhu" de Lovecraft.

En conclusion, nous répéterons ici que les fantaisies de Temple, Agamon, Däniken et autres auteurs, à propos de l'action d'extraterrestres sur l'histoire humaine, font partie d'un mouvement général contre la Raison. Après la chute catastrophique du "socialisme réel", la croisade contre le socialisme est devenue aussi une croisade contre le rationalisme, la science, le progrès, l'histoire : c'est-à-dire contre l'humanité. C'est l'apothéose des "ufologues", des créationnistes, des sorciers, des spiritistes, des astrologues, des fascistes, bref de tous ceux qui veulent arrêter le progrès humain. Ces illuminés clament que l'homme ne peut pas se sauver par ses propres moyens : il doit l'être par des dieux, des démons ou des extraterrestres. Le véritable objectif est de paralyser la lutte que mène l'homme pour se construire un monde meilleur, en détruisant sa confiance dans l'histoire et dans la science. Pendant qu'on attend l'arrivée de dieux extraterrestres qui ne viendront jamais, on néglige de lutter contre ces forces qui empêchent les hommes de progresser. Capitalisme, impérialisme et racisme sont tranquilles, tant que l'attente d'extraterrestres sauveurs paralyse le mouvement des peuples opprimés ! Face à cela, la seule réponse est de démasquer tous ceux qui parlent au nom de visiteurs d'outre-espace, qu'ils viennent de Sirius ou d'autres mondes. Aucun messie cloué sur une croix, aucun prophète envoyé par des dieux, aucun extraterrestre expérimentant et manipulant nos gènes, ni aucun "être amphibian" de Sirius, ne sauvera jamais l'espèce humaine. L'homme ne pourra se sauver que par lui même, en luttant de ses propres forces, avec l'aide de la Science, afin de construire le socialisme, la paix, le progrès, et donner ainsi un sens à son existence.

 

BIBLIOGRAPHIE

ABATI, Francisco Giner : "Los Himba ( Etnografia de arts cultures ganadera de Angola y Namibia )" ( Ed. Amaru, Salamanca, 1992 ).
ABELES, Marc : "El lugar de la politics" (Ed. Mitre, Barcelona,1988).
AGAMON, David : "Los dioses del Sol en el exilio ( Secretos de los Dyzopa del Tibet )" ( Ed. Martinet Roca, Barcelona, 1988 ).
ALIMEN, Henriette, BOTTERO, Jean & VERCOUTIER, Jean : "Los imperios dal Antigua Oriente" ( Histories Universal, Siglo XXI ).
ANONIMO : "Genesis (Antigua Testamento)" (Ed. Nacar Colunga).
ANONIMO : "Mil y Una Noches" (Ed. Siglo XXI, Madrid).
ANONIMO : "Poems de Atrabhasis" (Editors National).
ANONIMO : "Poems de Gilgamesh" (Editors National).
BERNEZAT, Odette : "Entre los tuareg" ( Martinet Roca, Barcelona, 1986 ).
BOULNOIS, Jean & HAMA, Boudou : "L'Empire de Gao (Histoire, coutumes et magie des Songhai)" ( Ed. Adrian Maisonneuve, Paris, 1954 ).
CAPRON, Jean : "Communautés villageoises bwa du Mali et de Haute Volta" ( Institut d'Ethnologie, Paris, 1973 ).
CARD BAROJA, Julio : "Estudios saharianos" ( Ediciones Jucar, Madrid, 1990 ). CICERON : "De Republica" ( Clasicos Gredos ).
CLARKE, Arthur : "2001, una odisea del espacio" ( Ed. Salvat ).
DANIKEN, Erich von : "La repuesta de los dioses" ( Martinet Roca, 1978 ).
DARWIN, Charles : "El origen de las especies" ( Ed. del Sarbal ).
DIETERLEN, Germaine : "Essai sur la religion Bambara" ( Instituto de Antropologia Social, Universidad de Bruselas, 1988 ).
EVANS-PRITCHARD : "Brujeria, magic y oraculos entre los azande" ( Ed. Anagrams, Barcelona, 1976 ).
FERRAN INIESTA : "Antigun Egipto, la nation negra" ( Sendai, Barcelona, 1989 ).
FREEMAN-GREENVILLE : "The Swahili coast, II to XIX centuries ( Islam, Christianity and commerce in Eastern Africa )" - ( Variorum, London, 1988 ).
GONZALES NUNEZ, Juan : "Etiopia, hombres, lugares y micas" ( Ed. Mundo Negro, Madrid, 1990 ).
GRIAULE, Geneviève Calame : "Etnologia y Lenguaje (La palabra dal pueblo dogon) " ( Ed. National, Madrid, 1982 ).
GRIAULE, Marcel : "Dios de agua" ( Ed. Alta Fulla, Barcelona, 1987 ).
HERODOTE : "Histories" (Clasicos Gredos).
JAULIN, Robert : "La muerte en los Sara" (Ed. Mitre, Barcelona, 1985 ).
KASHIMURA, Anicet : "Famille, sexualité et culture ( Essai sur les moeurs sexuelles et les cultures des peuples des grands lacs africains )" ( Ed. Payot, Paris, 1973 ).
KOLDEWEY, Robert : "Das wiedererstehende Babylon" ( Leipzig, 1914 ).
LAUDE, Jean : "Las artes del Africa Negra" ( Ed. Labor, Barcelona, 1973 ).
LEY, Willy : "The lungfish, the dodo end the unicorn ( an excursion into romantic zoology)" ( Modern Age books, New York, 1941 ).
LIENHARDT, Godfrey : "Divinidad y experiencia ( la religion de los dinkas )" ( Ed. Akal, Madrid, 1985 ).
LOVECRAFT, Howard Phillip s: "Los mitos de Cthulhu" ( Alianza Editorial ).
MALLART, Luis : "Soy hijo de los evuzok (la vida de un antropologo en el Camerun)" ( Ed. Ariel, Barcelona, 1992 ).
MIDDLETON, John : "Los lugbara de Uganda" ( Publicaciones de Antropologia Cultural, Universidad Autonoma Barcelona, 1984 ).
OCHAMVE, BENGOBESAMA, CONSTANTINO : "Tradiciones del pueblo fang" ( Ed. Rialp, Madrid, 1981 ).
PINDARE : "Poemas" ( Clasicos Gredos ).
PLATON : "Critics" (Clasicos Gredos).
RANDLES : "The Empire of Monomatapa, from fifteenth to nineteenth century" ( Ed. Mambo Press, Zimbabwe,1979 ).
ROUMEGUERE-EHERHARDT, Jacqueline : "Quand le python se déroule ( Tharu ya mabidighani )" ( Ed. Robert Laffont, Paris, 1988 ).
SILBERBAUER : "Cazadores del desierto ( cazadores y habitat en el desierto del Kalahari )" ( Ed. Mitre, Barcelona, 1983 ).
SKINNER, Elliot : "Les mossi de la Haute Volta ( desarrollo politico de un pueblo sudanés )" ( Ed. Internationales, Paris, 1972 ).
TEMPLE, Robert : "El misterio de Sirio" ( Martinez Roca, Barcelona, 1982).
THOMPSON DREWAL, Margaret : "Yoruba ritual ( performers, play, agency )" ( Indiana University Press, Indianapolis, 1992 ).
TORRE, Inès : "Le vaudou en Afrique de ]'Ouest ( le cas des sociétés guenmina du Sud-Togo)" ( Ed. Harmattan, Paris, 1991 ).
TURNBULL, Collin : "Los pigmeos, el pueblo de la selva" ( Ed. Javier Vergara, Buenos Aires, 1984 ).
TURNER, Victor : "La selves de los simbolos (aspectos del ritual de los ndembu)" ( Ed. siglo XXI, Madrid,1980 ).
WALLIS-BUDGE : "Jeroglificos egipcios"( Ed. Humanitas, Barcelona, 1988 ).

 

 

Retour au Sommaire


 

 

Retour à la page de BIPEDIA

 

Retour à la page du C.E.R.B.I.


 

ICEMAN :

COUP DE THEATRE ?

par Jean ROCHE

 

  1. L'affaire Iceman

      L"'affaire Iceman" est sans doute la plus connue, la plus lamentable aussi, de tout le dossier des hominidés ou hominoïdes inconnus ( Yéti, Bigfoot, Almasty, Yowie, etc. ). Pendant des années, le cadavre congelé d'un tel hominidé velu a été montré à travers les USA dans une roulotte foraine. Il n'a pu être examiné et photographié qu'à travers la glace. Cela n'a permis aucun consensus, ni au sein de la communauté cryptozoologique, ni a fortiori au sein de la communauté scientifique en général.

      Ceux qui croient à l'authenticité de la pièce admettent généralement, en gros, la thèse de Bernard Heuvelmans ( 1 ) ( qui a pu mener l'étude la plus approfondie ) : l'homme congelé, un néanderthalien manifeste, venait du Vietnam, où le forain, Frank Hansen, avait servi comme aviateur avant 1965.

  2. Quelques événements longtemps sans rapport

      Ne craignons pas de "remonter au déluge", cela s'ordonnera par la suite.

  3. Un peu de psychologie pour conclure

      Bien sûr on peut concevoir que Hansen se soit inspiré d'une aventure arrivée à quelqu'un d'autre, et qui n'aurait été connue que localement. Mais enfin, la balance penche en faveur de l'authenticité. Les autres versions qu'il avait proposées sur l'origine du cadavre ( un iceberg, Hong-Kong, un fournisseur local... ) étaient moins circonstanciées. Et surtout, elles n'ont reçu aucune espèce de confirmation.

      Comment expliquer l'attitude générale de Hansen, ses volte-face, ses contradictions multiples ? Heuvelmans le décrit comme un "homme simple qui vit très simplement", cultivé, aimable, parfois farfelu, mais apprécié de son entourage. Ni une crapule, ni un malade mental. Un homme sans histoire, ou plutôt un homme d'une seule histoire ! Un "lunaire" ( 9 ). Il avait une peur panique d'être poursuivi en justice, et ce n'était pas un délire ( la seule détention non autorisée d'un cadavre humain pouvait le conduire en prison ). Il proposait de céder son exhibition à une condition expresse : une garantie d'impunité... qu'il n'a jamais obtenue.

      Surtout, on ne côtoie pas impunément un être, mort ou vif, qui n'est ni totalement humain ni vraiment animal. Il y a là un "double bind" redoutable ( 10 ). Les dossiers des hominidés inconnus sont remplis de gens qui ont souffert de troubles mentaux, ou au moins d'angoisse, après en avoir simplement observé un, sans autre complication. Alors ce pauvre Hansen...

      Mais précisément, ce "double bind" n'est-il pas LA CAUSE ESSENTIELLE de l'échec chronique des recherches dans ce domaine, de cette sorte de névrose d'échec collective, ( je ne prétends pas y échapper ) qui frappe les chercheurs de yétis, de bigfoots, etc. les empêchant de fournir enfin LA PREUVE qui décrocherait le consensus de la communauté scientifique ?

 

  1. Voir le classique : Boris Porchnev et Bernard Heuvelmans, "L'homme de Néanderthal est toujours vivant", Plon, 1974.
  2. Idem, p. 147.
  3. Idem, première partie.
  4. "Saga", New York, juillet 1997.
  5. "The Yeti and Sasquatch in myth and reality", Dutton and co, 1972.
  6. Cryptozoology, vol 11, p. 111.
  7. Voir le classique : John Green, "Sasquatch : the apes among us", Hancock House, Canada, 1981.
  8. Toutes les informations qui suivent ont été recueillies sur son site web, facile à trouver en utilisant comme moteur de recherche "cryptozoology", "sasquatch", etc.
  9. Hansen correspond bien, par son visage, à cette catégorie de la physionomie traditionnelle comme de la morphopsychologie moderne. Le "lunaire" est rêveur, pas courageux ni combatif, mais créatif, plein de ressources... notamment pour se tirer de situations critiques par les biais les plus inattendus.
  10. Un double bind, c'est le fait d'exiger de la volonté d'une personne quelque chose qui n'en dépend pas, ou plusieurs choses inconciliables. Si cette personne intériorise durablement l'exigence, les conséquences sont redoutables. Un enfant, par exemple, qui intériorise l'injonction d'être heureux alors qu'il se sent malheureux deviendra dépressif chronique. L'injonction de croire ce dont on peut constater la fausseté fait les schizophrènes. L'injonction de s'endormir sur commande fait les insomniaques. Voir les travaux de l'école de Palo Alto (Bateson, Watzlawick, etc.). Nous avons tous intériorisé, très tôt, des normes et une éthique à respecter vis-à-vis des humains, et d'autres normes et une autre éthique vis-à-vis des animaux.

 

 

Retour au Sommaire


 

 

Retour à la page de BIPEDIA

 

Retour à la page du C.E.R.B.I.


 

SOME IDEAS ON THE
POSSIBLE OCCURRENCE
OF TRUE ELEPHANTS
IN THE AMERICAS

UNTIL AS LATE AS THE AGE OF DISCOVERY

by Horst FRIEDRICH

 

  There have been speculations that, apart from mammoths and mastodons, true elephants may have existed in the Americas, e.g. contemporaneous with the Maya civilization, and even perhaps as late as the European "Age of Discovery" ( which, for the Europeans, indeed it was ).

  The famous "Ingram Report" ( 1 ) is often mentioned in this respect. Ingram had been a British sailor, who in 1568 was set ashore on the coast of the Gulf of Mexico and from there travelled, by foot, towards the Nortwest, until he reached the Atlantic coast, where he was taken on board of a French ship. He reported having seen, in the country he traversed, "elephants", as well as another "monstrous beast" which may, or not, refer to a mastodon.

  Similar stories were, it is alleged, reported by certain Indian chiefs to the "Great White Father", when they visited the US president in Washington. This would give a date, for these elephant stories, of shortly before or after 1800 AD. According to the famous cryptozoologist Bernard Heuvelmans, mammoths and/or mastodons survived in North America at least until the 18th century, particularly in Alaska ( 2 ).

  Of course there is the very real possibility that we have, in said stories, only a collection of confused or mistaken "identifications", that Ingram, or the Indian chiefs, failed to recognize the difference between elephants, mammoths and mastodons.

  Be that as it may, the question could rightly be asked : if true elephants really were present in the Americas, if the Mayan sculptors really wanted to depict elephants ( and not mammoths or mastodons ), and if Ingram and the Indian chiefs really meant elephants, would that, in itself, be proof that said American ( true ) elephants were indigenous to the Americas ? Couldn't they rather have been imported ?

  This may sound like a rather wild idea to some. But the idea is not so "wild" as it may seem, after all. Variants of the so-called "elephant tablet", on which ( it seems ) a true elephant is depicted, have been found in Peru as well as in the enigmatic "Burrows Cave" in North America, and the inscription thereon has been deciphered by Kurt Schildmann, a German linguist, as a version of the Sanskrit script and language of ancient India ( 3 ).

  We must not forget that the ancient civilizations of India, and South East Asia generally, were in possession of large ocean-going fleets with enormous vessels, easily capable to transport ( supposedly young ) elephants to distant countries, The very old and very intimate interconnections between South East Asia and the Americas have by now been proved ad nauseam. So, there is nothing intrinsically absurd in the idea of ships from southern India, Kambodja or Java bringing, presumably as presents, young elephants to rulers of distant countries like Peru or Mexico. From where they might have found their way, also as presents, to the former advanced civilization ( "mound builders" ) on the territory of what is today the United States of America ( 4 ).

  According to the late ( former Harvard professor for marine biology ) Barry Fell, "knowledge of elephants was brought to the New World by voyagers from both east and west ( 5 ). I would propose that, at least with respect to the west, i.e. the Pacific, it was not only the knowledge but the real animals as well. That African vessels arrived at the American coasts ( which doubtless they did on more than one occasion ) with African ( even young ) elephants on board, I would rather been inclined to doubt for several reasons, Above all the African, Black civilizations didn't possess, it seems, ships of such proportions as did the South East Asian civilizations.

 

(1) David INGRAM : Land Travels 1568-1569 from the Rio Minas in the Gulf of Mexico to Cape Breton in Acadia. Reprint El Paso 1947.
(2) Bernard HEUVELMANS : Annotated Checklist of Cryptozoology. Cryptozoology, 5: 1-26, Tucson 1986.
(3) Kurt SCHILDMANN : Zwei Weltsensationen. Efodon Synesis, 23, 1997.
(4) Roger G. KENNEDY : Die vergessenen Vorfahren. Die Wieder entdeckung der indianischen Hochkulturen Nordamerikas. Munic 1996.
(5) Barry FELL: America B.C. New York 1976 (p. 184).

 

 

Retour au Sommaire


 

 

Retour à la page de BIPEDIA

 

Retour à la page du C.E.R.B.I.


 

 

FIN


 

 

Retour à la page de BIPEDIA

 

Retour à la page du C.E.R.B.I.